ESPACES NATURELS

Si la nature et l’héritage humain sont des ressources que chacun s’accorde à devoir préserver, les moyens nécessaires à leur protection et leur valorisation ne sont pas toujours faciles à mettre en œuvre.

C’est pourquoi le CAUE intervient en appui auprès des propriétaires et gestionnaires d’espaces naturels d’intérêt écologique ou paysager le plus souvent en lien avec le Département de Vaucluse.

Le Département aménage les abords des routes départementales, leurs délaissés, voire re-profile certains tracés ou carrefours, en campagne ou en entrée de ville. Lorsqu’il s’agit de projets d’envergure, il fait appel à des équipes pluridisciplinaires, comprenant des paysagistes concepteurs, pour en assurer la maîtrise d’œuvre.
Pour les plus petits projets (maintenance, adaptations ponctuelles…), le volet paysager est parfois moins approfondi ; pourtant, ces petits aménagements ont toujours un réel impact sur l’environnement et le paysage (rural ou urbain).
Depuis quelques années, à travers la convention cadre qui le lie au Département, le CAUE apporte son expertise paysagère et urbaine en faveur d’une bonne insertion des routes dans le paysage et du traitement qualitatif de leurs abords.

À cette occasion, les aspects environnementaux sont pris en compte, dans l’objectif de :
• Favoriser la restauration des continuités écologiques (identification des zones sensibles de la TVB aux abords des routes – aménagements au droit des corridors écologiques).
• Réduire l’empreinte carbone des interventions.
• Prendre en compte la biodiversité faunistique et floristique lors des aménagements.
• Créer des îlots de fraicheur au niveau des aires de repos et d’arrêt.
• Privilégier la plantation d’essences locales et les aménagements paysagers qui demandent peu d’arrosage.

La Route des Gorges, une route remarquable du Parc Naturel Régional du Mont-Ventoux
La RD942, entre Villes-sur-Auzon et Monieux, présente un fort attrait touristique par les caractères naturels et grandioses du paysage qu’elle traverse. Elle constitue un haut lieu de la randonnée à vélo en Vaucluse. Elle a été également identifiée comme route remarquable par le nouveau Parc Naturel Régional du Mont-Ventoux, et un des trois sites emblématiques de celui-ci, aux côtés du Mont Ventoux et la vallée du Toulourenc. Outre les impressionnantes falaises des gorges, la route départementale 942 est une composante essentielle du paysage des gorges, à travers sa sinuosité, ses ouvrages d’art, ses parapets en pierre, sa faible largeur et sa végétation d’accompagnement.
La couche de roulement de cette route est fissurée. Elle nécessite une réfection afin d’éviter des désordres qui toucheraient la structure. Les travaux consistent à raboter cette couche d’enrobé bitumineux et de mettre en oeuvre une nouvelle couche sur les 21 kilomètres entre Villes-sur-Auzon et Monieux.

Afin de préserver l’identité et la beauté du parcours de la route départementale 942, le CAUE a proposé des recommandations pour la partie voirie, portant sur :
– Le maintien de la largeur actuelle de la chaussée avec une délimitation nette de l’enrobé et le maintien des bandes végétalisées le long des parapets,
– Une attention particulière aux surlargeurs souvent dégradées permettant des arrêts ponctuels pour admirer le paysage,
– L’utilisation de la pierre sèche dans la restauration et la création des murs de soutènement, et l’utilisation de la pierre dans le mobilier et les bordures en pierres plantées,
– La pérennisation du travail des « cantonniers » sur les végétaux taillés (topiaire) le long de la route,
– La valorisation des sentiers de randonnées avec une identification des départs de randonnées et des aires de stationnement, la création de documents de communication et une unification du mobilier et de la signalétique avec le Parc du Ventoux.

Le CAUE a également réalisé un repérage des zones à enjeux le long de la route, les zones dégradées et les zones à potentialités touristiques.

Ce repérage a permis d’identifier 20 zones à enjeux. 4 sites ont fait l’objet d’une étude approfondie avec des orientations d’aménagement portant sur :
– La préservation du caractère naturel et simple des aménagements,
– Le contrôle de la fréquentation avec la limitation de l’emprise des véhicules,
– La valorisation et la création de belvédères sur le parcours,
– La réduction des surlargeurs minérales avec la plantation de futurs topiaires,
– La mise en valeur des traversées des sentiers de randonnées.
Le belvédère du Castelleras, point sublime des Gorges de la Nesque, situé dans le site classé, a fait l’objet d’une étude plus approfondie pour valoriser son panorama tout en limitant l’impact de la fréquentation touristique. Le CAUE a proposé :
– Le maintien de la simplicité actuelle du belvédère avec des améliorations ponctuelles comme la reconstruction de l’escalier du belvédère bas en pierre, la reprise du muret en pierre et la création d’une aire de pique-nique ombragée,
– La valorisation des points de vue sur les gorges et le Rocher de Cire,
– La mise en valeur de l’entrée du belvédère avec la suppression des murets en parpaings, la création d’une rampe PMR, la pose de signalétique et la création d’un stationnement pour les deux-roues,
– L’amélioration et le contrôle du stationnement longitudinal des véhicules le long de la RD942.

Repérage des zones à enjeux

Repérage des zones à enjeux

L’Espace Naturel Sensible de Belle-Ile se situe à la confluence de plusieurs cours d’eau (Seyrel, Lauchun et Brégoux). C’est une zone naturelle d’expansion de crue qui abrite une remarquable biodiversité que ce soit dans ses composantes faunistiques ou floristiques. L’ENS de Belle-Ile est la propriété de l’EPAGE Sud-Ouest Mont Ventoux.
Cet ENS n’est desservi que par les routes départementales n°21 et n°55. Ces infrastructures ne sont pas équipées d’aménagements cyclables. Dans la perspective de mieux faire connaître Belle-Ile et d’attirer un public notamment familial, l’EPAGE a souhaité que soit menée une réflexion sur l’accessibilité du site par les modes de déplacements doux depuis les villages environnants par l’intermédiaire d’itinéraires autant que possible peu fréquentés par les voitures.
Par ailleurs, en 2017, la mairie d’Aubignan a décidé de fermer à la circulation le chemin des Paluds qui traverse le site et permettait d’accéder à la déchetterie intercommunale depuis la route départementale n°55. En effet, celui-ci était générateur de nombreuses nuisances (bruit, poussière, pénétration dans des zones naturelles non ouvertes au public, activités non autorisées comme la pêche et surtout dépôts sauvages de déchets). Stigmate d’usages et de comportements non conformes à l’image d’un ENS et toujours dans la perspective d’être en adéquation avec les attentes du public, l’EPAGE a également souhaité que la requalification du chemin soit étudiée ainsi que celle de l’aire d’accueil.
Ces questions étant concordantes avec les objectifs du Schéma départemental des Espaces Naturels Sensibles et de la biodiversité de Vaucluse, le Conseil Départemental a demandé au CAUE de travailler sur ces aspects dans le cadre de la convention cadre qui les lie.
La définition des itinéraires de liaisons douces s’est appuyée sur le réseau viaire existant, notamment communal, et la voie verte « la Via Venaissia ». Les itinéraires cyclotouristiques de « la Provence à vélo » ont également été pris en considération. Le CAUE s’est attaché à étudier des liaisons directes depuis les villages environnants tout en les intégrant à une boucle. Différents scénarios ont été envisagés en privilégiant les aménagements peu coûteux, les parcours offrant un cadre paysager de qualité et en répondant à des exigences de sécurité.
Le projet de requalification concernant le chemin des Paluds repose sur la création d’une voie partagée piétons/vélos. L’emprise du chemin est réduite mais permet tout de même le passage des véhicules nécessaires à la gestion du site. Des barrières métalliques avec un dispositif sélectif autorisent le passage des piétons et vélos mais interdisent celui des véhicules motorisés. Des plantations en adéquation avec le milieu naturel et l’aménagement d’une aire de pique-nique ont également été proposés.

Enfin, l’aménagement de l’aire d’accueil de l’ENS s’est appuyé sur trois orientations :
– Homogénéisation du mobilier suivant la charte signalétique et graphique des ENS.
– Canalisation de la fréquentation pour préserver le milieu naturel comprenant l’aménagement d’un départ de sentier avec panneau d’information (RIS), la canalisation des circulations piétonnes par des fils lisses et la séparation des usages piétons et pastoraux par un dispositif identique.
– Réaménagement de l’aire de stationnement comprenant la délimitation et la réduction de son emprise, la renaturation des espaces dégradés, le reprofilage d’un talus séparant l’aire de stationnement et le chemin des Paluds et des plantations d’accompagnement.

Vue roselière ENS Belle-Ile

Vue sur la roselière de l’ENS de Belle-Ile

Dans le cadre du projet de Parc Naturel Régional du Mont Ventoux, une étude menée en 2015 par le Syndicat Mixte d’Aménagement et d’Equipement du Mont Ventoux (SMAEMV), a permis d’identifier la Trame Verte et Bleue sur le territoire du futur PNR, de collecter de nombreuses données déclinables à différentes échelles, de localiser les réservoirs et les corridors écologiques.

Le Conseil Départemental de Vaucluse a souhaité valoriser ce travail en s’intéressant aux principaux impacts des routes départementales vis-à-vis de la « TVB Ventoux », territoire qui présente une biodiversité particulièrement riche. Cette démarche constitue une première expérience de prise en compte de la TVB vis-à-vis du réseau routier du Département et serait susceptible d’être reproduite sur d’autres territoires du Vaucluse présentant des enjeux de biodiversité. En effet, les données relatives aux modes d’occupation des sols (MOS) couvrent actuellement environ 80 % du territoire départemental et ont permis d’élaborer la Trame Verte et Bleue sur les périmètres des différents SCOT de celui-ci.

Le Conseil Départemental a souhaité associer le CAUE de Vaucluse. Dans un premier temps, le CAUE a réalisé une carte superposant les données de la « TVB Ventoux », le réseau routier départemental (classé suivant les données de trafic) et les panneaux A15b indiquant les passages d’animaux sauvages qui ont été géolocalisés par les agences routières. En janvier 2017, lors d’un comité technique regroupant, autour du Conseil Départemental, les agences routières de Vaison-la-Romaine et de Carpentras, le SMAEMV et le CAUE de Vaucluse, l’examen de la carte et les échanges entre les participants ont permis d’identifier six sites correspondant à des tronçons routiers présentant un caractère fragmentant.

Les sites en question sont :
– Site 1 : les routes départementales n°974 et n°241 à Crillon-le-Brave,
– Site 2 : la route départementale n°938 au Barroux et à Caromb,
– Site 3 : les routes départementales n°14 et n°942 à Mormoiron,
– Site 4 : la route départementale n°164a à Beaumont-du-Ventoux,
– Site 5 : la route départementale n°1 à Villes-sur-Auzon et Monteux,
– Site 6 : les routes départementales n°151 et n°938 à Vaison-la-Romaine.

En 2018, le CAUE a analysé trois des six sites (1, 2 et 6). Ces trois sites étaient concernés par des problématiques liées principalement à la grande faune. Les analyses étaient composées d’un diagnostic et de propositions d’aménagement visant à réduire la fragmentation des infrastructures. Des travaux devant être réalisés sur un des sites (RD 938), le CAUE a rencontré in situ l’agence routière de Vaison-la-Romaine. Un compte rendu de terrain a été réalisé définissant les travaux à réaliser pour conforter les corridors écologiques.

Des réunions de terrain ont également été organisées sur deux autres sites présentant des problématiques liées à des groupes d’espèces particulières comme les batraciens avec notamment le Pélobate cultripède ou le Pélodyte ponctué (site n°3) ou encore les reptiles avec la Vipère d’Orsini (site n°4). Ces réunions ont permis d’échanger sur des scénarios d’aménagement et leur faisabilité.

Le site des collines du lac du Paty est situé sur le piémont ouest du Mont Ventoux et au nord du territoire de la commune de Caromb. Il offre une diversité d’ambiances, de paysages, de milieux naturels et d’usages tout à fait remarquable à l’échelle du Vaucluse. Son principal atout est le lac du Paty. Ce site est majoritairement forestier avec des peuplements où dominent les résineux. Un climat chaud et venteux en période estivale engendre un important risque d’incendie.

En décembre 2009, le site des collines du lac du Paty a intégré le réseau des Espaces Naturels Sensibles (ENS) du Conseil Départemental de Vaucluse. Cela afin de répondre à des objectifs de préservation de l’environnement et de valorisation pédagogique.

Un premier plan de gestion prévoyant un programme d’actions pluriannuel, réalisé par le Syndicat Mixte d’Aménagement et d’Equipement du Mont Ventoux (SMAEMV) et l’Office National des Forêts (ONF), a été adopté en comité de site le 4 octobre 2011 pour la période 2011-2016.

Arrivé à échéance en 2016, le plan de gestion a fait l’objet d’une évaluation. Des ateliers thématiques ont été réalisés afin de définir de nouvelles perspectives. En janvier 2018, la commune de Caromb a obtenu le renouvellement de la labellisation ENS et a souhaité être accompagnée par le CAUE de Vaucluse pour l’élaboration d’un nouveau plan de gestion pour la période 2019-2023

Le contenu du plan de gestion 2019-2023 consiste à :
– Définir de nouvelles actions nécessaires à la bonne gestion du site.
– Finaliser les actions partiellement réalisées.
– Reconduire celles dont l’intérêt est avéré.

Il s’articule autour de trois enjeux quasi identiques à celui de 2011-2016 :
– Assurer une gestion multifonctionnelle de l’espace.
– Privilégier un accueil du public de qualité.
– Renforcer l’information et la sensibilisation du public et des usagers.

Sur la base de ces trois enjeux, eux-mêmes déclinés en objectifs, 29 actions ont été déterminées, chiffrées et programmées sur cinq années avec parmi celles-ci :
– l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de développement de massif,
– la réalisation d’études complémentaires et de suivi de la faune dont la très menacée Gomphe de Graslin,
– l’aménagement d’aires de stationnement,
– l’entretien des sentiers thématiques de la Pré Fantasti et du « Petit patrimoine rural »,
– la conception et la pose d’une table d’orientation,
– la conception et l’édition de supports de communication…

Le 16 janvier 2019, le plan de gestion a été validé lors d’un comité de site réunissant les collectivités, propriétaires, gestionnaires et usagers impliqués dans le devenir de ce site.

L’Espace naturel sensible (ENS) des Plâtrières se situe sur le piémont ouest des monts de Vaucluse à la conjonction des territoires de trois communes : Pernes-les-Fontaines, l’Isle-sur-la-Sorgue et La Roque-sur-Pernes. Il couvre approximativement 182 hectares et se caractérise par un relief collinaire parsemé d’anciennes carrières. Il est en majorité couvert de boisements de pin d’Alep avec quelques zones ouvertes. Le site est soumis à un fort risque d’incendie.

La flore présente sur le site est typique du milieu méditerranéen. Parmi les espèces rencontrées se trouve la très rare Garidelle fausse nigelle (Garridella Nigellastrum), plante messicole qui ne compte que 2 stations confirmées à l’échelle nationale.

En ce qui concerne la faune, l’avifaune présente un cortège des plus intéressants avec 47 espèces dont 35 protégées au niveau national comme le Grand-Duc d’Europe, le Guêpier d’Europe ou encore l’Alouette Lulu.

Après avoir réalisé en 2015 le plan de gestion de cet ENS, le CAUE de Vaucluse s’est vu confié par le Conseil départemental le suivi et la mise en œuvre de celui-ci. Ce plan a pour objectif de préserver le patrimoine naturel mais aussi industriel et rural du site et d’en faire redécouvrir la richesse.

Ainsi, en deux années, ce sont 23 actions du plan de gestion sur les 55 programmées qui ont été réalisées ou sont en cours de réalisation, avec parmi celles-ci :
-la conception et la pose de panneaux d’entrée de site et de bornes d’information,
-la rédaction d’un arrêté municipal identique aux trois communes pour réglementer la fréquentation,
-la réalisation d’un schéma d’itinéraires pédestres raccordés au réseau départemental,
-l’édification d’une clôture pour limiter les intrusions de véhicules motorisés (quads et motos),
-la restauration d’éléments de patrimoine industriel (four à plâtre de Fontblanque),
-le débroussaillement des abords de la bergerie de la Soulonne,
-l’installation de ruches.

– Mise en connexion de l’Espace naturel sensible de Belle-Ile à Aubignan avec les villages environnants et requalification du chemin des Paluds
– Mise en servitude des pistes DFCI dans le massif des Dentelles
– Jardin Pétrarque à Fontaine-de-Vaucluse
– Caromb : suivi et mise en œuvre du plan de gestion de l’Espace naturel sensible des collines du lac du Paty
– CCPRO : Tords et Paluds à Courthézon et marais du Grès à Orange

Dernières ACTUALITÉS

RAPPORT d’ACTIVITÉ

Rapport d'activité - Architecture Vaucluse

PERMANENCE des ARCHITECTES
du CAUE

Contactez nos architectes

Organisme associé du Département de Vaucluse

Logo - Département de Vaucluse-CAUE de Vaucluse